Célébrités

Christophe Castaner rembarre Emmanuel Macron : ce poste prestigieux qu’il a refusé

Suite au remaniement ministériel du 6 juillet dernier, Christophe Castaner a été contraint de laisser les clefs de la place Beauvau à Gérald Darmanin. Emmanuel Macron lui avait toutefois proposé un autre poste prestigieux, comme l’a rapporté Le Parisien ce mercredi 26 août.

Christophe Castaner serait-il rancunier ? S’il a quitté ses fonctions de ministre de l’Intérieur suite au remaniement du 6 juillet dernier, l’ancien locataire de la place Beauvau n’a pas totalement été laissé-pour-compte. Emmanuel Macron lui aurait même proposé un poste prestigieux… qu’il a finalement refusé. Comme l’a fait savoir Le Parisien dans son édition du mercredi 26 août, Christophe Castaner a failli entrer à l’Élysée “comme conseiller spécial du président”. Alors que l’actuel conseiller Philippe Grangeon devrait quitter son poste “à la mi-septembre”, le chef de l’Etat avait pensé à l’ancien maire de Forcalquier pour lui succéder à ce poste. Malheureusement pour lui, le principal intéressé a décliné cette proposition.

“Beaucoup poussaient, mais il ne voulait pas avoir un statut de collaborateur”, a expliqué un proche d’Emmanuel Macron à nos confrères. Au lieu de ça, Christophe Castaner a préféré se consacrer à un autre cheval de bataille : la présidence du groupe LREM. Si certains ont fait savoir que cette fonction était “ingrate”, elle permettrait à l’ancien ministre de l’Intérieur de continuer à “jouer un rôle officiel au sein de la majorité”. Ce mardi 25 août, le prédécesseur de Gérald Darmanin a ainsi été reçu à Matignon par Jean Castex, lors d’un petit-déjeuner, comme l’a rapporté Le Point. Contactée par nos confrères, Aurore Bergé, qui candidate elle aussi à ce poste, a confié qu’elle avait également été sollicitée pour un rendez-vous avec le Premier ministre.

Sa proximité avec le président “ne le protège pas”

Pourtant, sur le papier, l’ancien premier flic de France fait déjà figure de favori. “Il a été le bouclier du chef de l’Etat à l’Intérieur, il stoppera l’hémorragie de parlementaires qui ont quitté LREM. Il emmènera un groupe renforcé à la présidentielle de 2022”, a noté une source dans les colonnes du Point. Une connivence qui pourrait aussi lui desservir, selon certains : “La proximité de Christophe avec le président ne le protège pas forcément. Et pour les députés déçus par Emmanuel Macron ces derniers mois, c’est peut-être même un handicap“, a souligné un ministre auprès du Parisien.

Dans son bureau de député à l’Assemblée nationale, Christophe Castaner s’active : “Il multiplie (…) les appels ou SMS à ses pairs”. Il sait qu’il n’a “que quelques semaines” pour convaincre son groupe. Divisés, les députés promettent aussi d’être imprévisibles. “On ne pourra pas dire que c’est le président qui décide de tout”, a confié un macroniste dans les colonnes du quotidien national. A ce stade, rien ne semble joué pour Christophe Castaner…

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet