Célébrités

« Beauvau est au courant » : les numéros de téléphone de plusieurs ministres dans la nature

Selon le site Politico, ce mercredi 7 avril, les numéros de téléphone de plusieurs ministres, ainsi que celui d’un ex-membre du gouvernement, ont fuité. Le ministère de l’Intérieur s’est saisi de l’affaire.

A propos de


  1. Gérald Darmanin

Frayeur pour la présidence. Plus que jamais sous pression en raison de la crise sanitaire, quatre membres du gouvernement sont ciblés par une fuite de données à en croire les informations du site Politico de ce mercredi 7 avril. Éloigné du pouvoir, un ancien ministre – qui n’est pas nommé – en est lui aussi victime. Leurs numéros de téléphone seraient ainsi “dans la nature”, mis à disposition grâce à une base de données consultée par la journaliste Laura Kayali. Gérald Darmanin, locataire de Beauvau, a d’ores et déjà été alerté à en croire l’un des membres de l’exécutif concernés : “les services de sécurité du ministère de l’Intérieur ‘sont au courant’ de la situation”, fait simplement savoir celui-ci.

Un autre ministre, “plus las que paniqué”, a été averti par des appels téléphoniques inquiets qu’il reçoit depuis plusieurs jours selon ses dires au média Playbook. Ses interlocuteurs lui ont fait savoir que ses informations personnelles sont accessibles. Encore une fuite qui promet d’agacer les hautes sphères du pouvoir, notamment Emmanuel Macron. Le président de la République est connu pour plonger dans une colère noire lorsque les projets de l’exécutif sont poussés sous les feux des projecteurs. “Je suis ulcéré”, a notamment lancé le chef de l’État en privé, prêt à annuler un engagement par exaspération, à la suite d’une nouvelle fuite dans la presse.

Encore une polémique

Le cadet de leurs soucis ? Car à leurs efforts pour contrer le coronavirus s’ajoute une nouvelle polémique qui pourrait écorner davantage l’image du gouvernement. Dans un reportage diffusée dans l’émission 19h45 sur M6, ce vendredi 2 avril, les Français ont appris l’existence de dîners clandestins au sein du Palais Vivienne, à Paris, propriété appartenant à Pierre-Jean Chalençon. Des événements pourtant proscrits en temps de crise sanitaire et de confinement, auquel un membre du gouvernement aurait participé.

Crédits photos : PATRICK BERNARD / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet