Amel Bent face aux critiques : comment elle affronte « les tweets racistes ou grossophobes »

Sur les réseaux sociaux, comme bon nombre de célébrités, Amel Bent est la cible de personnes malfaisantes. Pour y faire face, la chanteuse a pris une décision radicale, qu’elle détaille dans les colonnes de Cine Télé Revue, ce 14 octobre.

La gloire attise la haine. Sur les réseaux sociaux, les personnalités sont régulièrement sous le feu des critiques. Si certaines n’y prêtent guère attention, d’autres y sont bien plus sensibles. Pour contrer les mauvaises langues, il est de plus en plus courant de voir les stars fermer leur compte sur l’une ou plusieurs des plateformes. À l’instar d’Amel Bent qui a préféré prendre ses distances avec les réseaux sociaux en quittant Twitter.

« J’aurai toujours envie de me battre contre les tweets racistes et grossophobes. J’ai d’ailleurs coupé mon Twitter pour les éviter« , confie l’interprète de Ma philosophie, qui prône l’amour à travers ses textes. Pour celle qui a récemment dévoilé son septième album Vivante, les réseaux sociaux sont source d’anxiété et il a été préférable pour son bien-être personnel de s’éloigner de toutes critiques. Le plus dur à affronter pour l’artiste est « les jugements pertinents et constructifs » qui l’affectent « plus particulièrement ». Pour autant, elle « essaie d’apparaître telle qu’elle est, notamment à la télé ».

https://www.instagram.com/p/CUfwKLGo6tD/

A post shared by A M E L B E N T (@amelbent)

Face à la violence des réseaux sociaux

En vingt ans de carrière, les critiques sont monnaie courante pour Amel Bent. Mais la montée en puissance des réseaux sociaux et des messages de haine qui s’y inscrivent, n’est pas simple à affronter. Pour les gérer, l’artiste « s’assume tout simplement », comme elle l’expliquait dans Télé-Loisirs en avril dernier : « Dans la vie, il vaut mieux être aimée pour ce que l’on est plutôt qu’être aimée ou haïe pour ce que l’on n’est pas. Avec les années, j’ai appris que je ne pouvais pas plaire à tout le monde. Et ce n’est pas grave. » Outre les messages de haine, les mots d’amour de son public viennent lui réchauffer le cœur.

Crédits photos : VEEREN / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet