Célébrités

Alcool, drogues : la fille de Christophe Lambert obligée d'intervenir

Ces dernières années, la vie n’a pas été simple pour Christophe Lambert. L’acteur a surmonté les épreuves non sans mal, comme il l’a confié à Jean-Marc Morandini, mardi 8 septembre 2020, dans Morandini Live sur CNews.

  • Christophe Lambert

Christophe Lambert a vécu des moments compliqués au cours de sa vie. L’acteur de 63 ans a pendant longtemps lutté contre son addiction à l’alcool qui est, selon lui, “une forme de tristesse, de solitude, une forme d’un désabusement de la vie”. Invité de Jean-Marc Morandini dans Morandini Live sur CNews, mardi 8 septembre 2020, il est revenu sur le sujet. “C’est utile pour moi de parler de mes addictions. C’est utile pour les autres aussi de savoir qu’on peut s’en sortir. Donc, je n’ai rien à cacher. Je me suis arrêté très facilement. Je me suis arrêté de fumer. Je me suis dit ‘jamais, tu ne pourras arrêter de fumer’. C’est 100 fois pire que l’alcool. Du jour au lendemain, j’ai arrêté de fumer. Et, je vous le jure, ça ne m’a jamais manqué. Je suis entouré de fumeurs”, a-t-il expliqué.

Si le comédien a aujourd’hui vaincu ses vieux démons, il en parle ouvertement afin de montrer au grand public qu’avec “de la volonté et du désir profond”, il est possible de vaincre ses dépendances. “Il y a beaucoup mieux à faire que de tomber dans ces addictions”, a poursuivi le comédien. Des addictions qu’il a réussi à surmonter grâce au soutien indéfectible de sa fille, Eléonore. “Je suis quelqu’un de très positif, très optimiste. J’ai une fille, qui représente toute ma vie. Je suis un vrai papa poule, mais ça ne veut pas dire qu’elle est couvée. À 15 ans, c’était la seule personne qui ne me jugeait pas. C’est un cadeau exceptionnel”.

Les confidences de Christophe Lambert dans les médias

Ce n’est pas la première fois que Christophe Lambert évoque ses difficultés dans les médias. En 2015, dans Paris Match, il parlait des soins auxquels il avait eu recours pour se sevrer. “Des spécialistes m’ont expliqué qu’il fallait me sevrer totalement. Pendant trois ans, je n’ai pas touché à une goutte d’alcool. Et, un soir, je replonge. De nouveau les mêmes médecins. Le sevrage est costaud. Ce sont les trois ou quatre premiers jours qui sont les plus difficiles. J’ai dû me sevrer une dizaine de fois ces quinze dernières années“, avait-il révélé.

Source: Lire L’Article Complet